#33 Nouvelle vague

Le mot d’ordre c’est l’action. J’ai l’impression qu’on est tous un peu dans cette phase ou c’est cette énergie qui nous emmène là ou c’est le meilleur pour nous. On a plus réellement besoin de savoir pour faire puisqu’il suffit juste de laisser parler ce qui nous met en joie en laissant de côté l’analyse. En somme, expérimenter d’abord, savoir ensuite. Et ça j’ai du mal, vu que j’ai tendance à bloquer plus ou moins l’action et te stagner au niveau informationnel.

Rien ni personne ne fera les choses à ma place, je fais le premier pas et ensuite les porte s’ouvrent. Un exemple frappant c’est que je veux changer d’appartement mais je laisse ça traîner depuis pas mal de temps. Le 23 je poste une annonce sur facebook pour demander aux gens de me contacter s’il ont un plan et je réactive mon annonce sur un site. Dans la journée j’ai reçu 5 ou 6 messages de personnes recherchant un colocataire et je reçois un message des hlm pour me dire que je suis passé tout près d’obtenir un studio. Hier je visite une colocation, qui me satisfait pas mais au moins je me bouge. 

A partir d’une intention plein de petites opportunités se créent, elles permettront de se transformer de l’intérieur pour atteindre l’objectif. Accepter de faire ces petits pas, même si ils ne sont pas fructueux ou parfaits du premiers coup. Il y a souvent de l’appréhension à faire alors que rien ne nous assure concrètement que c’est la bonne chose à faire mais il faut bien sauté le pas et suivre les signes, peu importe de quelle manière ils viennent.

 

Rapport à l’autre

Donc ce qui compte réellement : C’est notre transformation sur le chemin. D’expérience, le divin en à rien à faire que je sorte avec la fille que je convoite étant donné qu’il veut juste faire l’expérience de lui-même. L’atteinte du but étant un bonus, c’est pour ça qu’il vaut mieux pas s’accrocher comme un malade à ce que l’on veut faire. Dans mon cas « sortir avec cette fille » était très superficielle comme raison,. Dans le sens ou je me suis rendu compte des vraies raisons pour lesquelles je suis en interaction avec elle et du pourquoi j’avais cette idée fixe de sortir avec (c’était vraiment une grosse carotte ça).

Les énergies sous jacentes à cette histoire c’était que j’apprenne à me nourrir de ce que m’apporte l’autre et pas de l’autre, subtil différence mais les conséquences sont énormes. Depuis que j’ai commencé à intégrer ça la souffrance (de ne pas arrivé à mes fins) est remplacé par une grande joie de la côtoyer. Parler avec quelqu’un sans projeter ses désirs mais simplement en acceptant ce qui vient, même si ce n’est pas ce que l’on espérait : c’est juste ultra reposant. 

 

Reconnexion au 8eme « chakra »

Durant ces dernière semaines il y a eu une remontée d’émotionnel qui était vraiment très bien caché. J’ai rencontré des gens avec qui j’ai un très fort lien qui dépasse le simple fait de bien s’entendre. Visiblement, c’est lié au concept de familles d’âmes (« chakra » au dessus du 7eme) qu’on est capable de reconnecter concrètement maintenant, l’énergie à mit quelques temps à infuser pour tous le monde car il y avait des sorte de prérequis à nettoyer.

Chez moi cette reconnexion s’est traduite par le besoin de rencontrer des gens en vrai, d’échanger de manière directe. Depuis mai, je croise des personnes qui sont (à plus ou moins de degrés) dans le même berceau d’âme. Pour pouvoir surfer sur la vague qui arrive, toute l’énergie du groupe s’impulse vers le haut et oblige en quelque sorte à guérir les part de soi qu’on osait pas regarder (toujours dans l’action).

J’ai pu grâce à ça mettre en lumière une énergie »angélique » (c’est pas un ange mais il vibre tellement haut que j’ai que ce mot pour le moment) qui m’accompagne et qui me permet d’ouvrir la matière au divin. Lorsque j’ai pris conscience de cette connexion, une lame de fond de tristesse qui est remonté à la surface que j’ai refréné sur l’instant. Quelques jours plus tard, plusieurs événements on fait que tout ça est de nouveau remonté, cette fois je l’ai exprimé. Depuis je me sens vraiment beaucoup moins lourd. C’est vachement résumé mais c‘est comme ça depuis le 11 : l’acceptation de parts de moi dans leur (quasi) totalité, ce sont des liens avec des vies « antérieures » que je rejetais en bloc.

 

Vie antérieure ?

Je tiens à précisé mon point de vue : une vie antérieur n’est pas réellement passée vu que toutes les expériences se passent simultanément. Plusieurs êtres ont posés l’intention de vivre l’expérience de l’humain, ils se sont lié alors avec l’âme de l’humanité et on suivit plus particulièrement un morceau qui allait s’incarner. L’âme aussi à son mot à dire car elle veut aussi expérimenter quelque chose en particulier. C’est comme un « contrat » passé, on signe en bas à droite pour se trimbaler toute une armé d’êtres qui veulent jouer à être humain. Lui va jouer le guide, l’autre s’incarne en humain ça sera un membre de ta famille, gérard toi non, tu vas t’incarner en chat xD Bref tous les rôles sont décidés.

Pour une personne incarnée il peut y avoir un tas d’êtres à ses côtés. Parfois il ne font qu’observer, parfois ils prennent part active et guide la personne en question. Lorsqu’il se lient à cette âme, ils proposent à leurs amis et famille si venir les intéressent. Parmi ceux qui acceptent certains restent observer, guident l’incarnation ou bien s’incarnent. Ceux là on les rencontre alors en tant qu’humain, ils ne sont pas forcément de notre famille ici (ou pas) on s’entend bien avec eux (ou pas), ce sont pas forcément des humains, ça peut être un animal de compagnie ou n’importe qui d’autre. 

Le vécu de ses êtres filtres lorsqu’on en a besoin pour notre incarnation, selon notre chemin de vie. Certains vécus ne nous servent absolument pas simplement car on en a pas besoin pour ici.

Dans mon expérience perso, j’ai naturellement des affinités avec les plantes et les Esprits de la Nature, j’en ai besoin pour cette vie et j’aime particulièrement être avec eux. J’ai la mémoire d’une vie d’humain dont j’ai pris conscience, c’était pas du jolie. « J’ai » fais du mal aux plantes mais c’est pas ce que je voulais faire en vrai. A ce moment là, c’était la seule manière que « j’avais » trouvé pour exprimer mon amour pour la nature. Très tordu mais ça explique le paradoxe que j’avais en moi. Sortir ça et me pardonner m’a fait un bien fou.

D’ailleurs, c’est un moyen simple pour prendre conscience de nos talents personnels, de ce qu’on peut s’apporter et apporter aux autres : regarder ce qu’on aime faire (au delà de la notion de salaire). Et toi : qu’est ce qui te fait vibrer au plus profond de toi ? 

Vous pouvez me suivre sur :

fbTwitter-logo

One thought on “#33 Nouvelle vague

Comments are closed.